05 novembre 2006

Georges Gazier - 333e R.I.

Tous, nous attendions avec impatience l’aurore du 11 novembre, jour où expiraient les 72 heures de délai accordées à l’Allemagne pour accepter ou refuser l’armistice. Dès 8 heures du matin, le bruit courut que la capitulation de l’ennemi était complète : c’était les artilleurs qui propageaient cette nouvelle à sensation qui leur avait été révélée par la T.S.F. Quant à nous, obéissant aux ordres supérieurs inspirés par la crainte de la divulgation des fausses dépêches lancées par les spartakistes allemands, nous avions démonté depuis... [Lire la suite]
Posté par stephan à 11:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]