18 octobre 2006

Georges Leroy - 414e R.I.

Nous nous étions bien promis de veiller toute la nuit pour recevoir le communiqué qui nous annoncerait la fin de la guerre. Le dernier bout de bougie, en s'éteignant avec notre fatigue, a eu raison de notre curiosité et, à 5 heures du matin, nous entendons le téléphoniste Deschamps qui nous réveille en nous demandant s'il est vrai qu'un artilleur peut recevoir l'annonce de l'armistice. Je me précipite à l'écoute et, effectivement, la Tour signale les conditions de l'armistice en langage clair dans un texte assez long. C'est la fin... [Lire la suite]
Posté par stephan à 11:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]