15 octobre 2006

Max Barthélemy - 338e R.I.

Départ à trois heures du matin, nous sommes tête de colonne ; nous éclairons la marche, drôles d'éclaireurs ! Le brouillard est d'une telle opacité qu'on ne distingue absolument rien. Quand il fait jour la visibilité n'est guère meilleure, on ne discerne les objets que jusqu'à une trentaine de mètres tout au plus. Ce pays des Ardennes me paraît être singulièrement brumeux. Nous traversons Renvez, les Allemands, que nous suivons à petite distance, ont tout l'air d'être parvenus à l'extrême limite de la dépression physique et... [Lire la suite]
Posté par stephan à 11:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]